Captifs et corsaires en Méditerranée entre 1550 et 1830

July 6, 2014 § Leave a comment

Gillian Weiss, spécialiste de l’Histoire de la Méditerranée moderne à l’Université Case Western Reserve de Cleveland aux USA, présente son livre Captifs et corsaires – L’identité française de l’esclavage en Méditerranée.

Histoire des affrontements entre la France et les Barbaresques entre 1550 et 1830 et des milliers d’esclaves français en Afrique du Nord. Montre comment ces captifs, au statut incertain, contraignirent l’Etat à reconfigurer les caractères de l’identité française et à étendre son emprise sur ces régions périphériques. Une histoire de l’idéologie de l’émancipation par la conquête.

Captifs et corsaires n’est pas seulement un livre qui relate l’histoire des affrontements entre la France et les Barbaresques de 1550 à 1830, date de la conquête d’Alger par la France ; c’est un tour de force, une sorte d’excursion historique sur les côtes méditerranéennes entre le 16ème et le 19ème siècle, entre la France et les barbaresques. Une Histoire très peu connue en France.

>>> Source : La suite dans les idées

Advertisements

Les Sarrasins en Méditerranée au Moyen Âge

February 11, 2014 § Leave a comment

On en sait plus aujourd’hui sur la présence des Sarrasins dans le sud de la France au Moyen Âge. Grâce à l’archéologie surtout, et à l’archéologie maritime en particulier, le panorama de la Méditerranée occidentale se fait plus précis en ces siècles obscurs.

Le grand entretien accordé par l’historien Christophe Picard plante un décor d’échanges commerciaux autant que de batailles. Les contributions d’autres historiens complètent ce tableau occupé au centre par la Méditerranée et ses îles, depuis les Baléares jusqu’à la Sardaigne et la Sicile, longtemps disputée aux Byzantins avant d’être la plaque tournante d’un commerce qui implique le monde islamique et le monde latin.

Sanjay Subrahmanyam: Connectedness and Global History

January 18, 2014 § Leave a comment

Sanjay Subrahmanyam: Connectedness and Global History

Sanjay Subrahmanyam’s interests broadened from economic and commercial history, to the study of the interplay of political and economic history, to the study of political culture and cultural history. This is already reflected in his first set of books: The Political Economy of Commerce: Southern India, 1500-1650 (Cambridge University Press, 1990), which is a revised version of his PhD; Improvising Empire: Portuguese Trade and Settlement in the Bay of Bengal, 1500-1700 (Oxford University Press, 1990); a joint work with V. Narayana Rao and David Shulman, Symbols of Substance: Court and State in Nayaka-period Tamilnadu (Oxford University Press, 1992), and The Portuguese Empire in Asia, 1500-1700: A political and economic history (Longman, 1993), a work of synthesis reflecting his interest in the history of the Iberian empires.

In the course of the 1990s, Subrahmanyam’s work has embraced new sources and archives, not only those from South India, or of the Portuguese and Spanish empires and the Dutch and English East India Companies, but also materials reflecting his growing interest in the history of the Mughal empire, and the comparative history of early modern empires. A second set of books reflects his later interests: The Mughal State, 1526-1750 edited jointly with Muzaffar Alam (Oxford University Press, 1998); The Career and Legend of Vasco da Gama (Cambridge University Press, 1998); Penumbral Visions: Making Polities in Early Modern South India (University of Michigan Press, 2001); and another joint work with V. Narayana Rao and David Shulman, Textures of Time: Writing History in South India, 1600-1800 (The Other Press, 2003).

Walk the streets of the Casbah

October 11, 2013 § Leave a comment

Sketches of Algiers 1, a new site-specific installation by Algerian artist Amina Menia at 1:54 Contemporary African Art Fair (Somerset House, London, 15th-20th October 2013). In this immersive installation, viewers are invited to walk the sloping streets of the historic Casbah and the picturesque alleys of this emblematic neighbourhood in the city of Algiers. By deconstructing the cinematic codes used by filmmaker Julien Duvivier in the studios of legendary film noir Pépé le Moko, Menia’s settings, mise-en-scène, lighting and props offer a fictional visit, uncovering little-known aspects of this unique architectural vernacular. The piece also points at the conventions developed by colonial cinema and confront what was once the native neighbourhood of French colonial Algiers with its now-threatened heritage.

Amina Menia, Sketches of Algiers 1, 2013. Sketch on still from the film Pépé le Moko, Julien Duvivier, 1937 © Amina Menia

Amina Menia, Sketches of Algiers 1, 2013. Sketch on still from the film Pépé le Moko, Julien Duvivier, 1937 © Amina Menia

Sketches of Algiers 1 was commissioned by aria and curated by curator Yasmina Reggad.

About artist Amina Menia
Amina Menia lives and works in Algiers. Her work questions the relationship between architectural and historical spaces, and challenges conventional notions around the exhibition space. Her artworks are a crossover of sculpture and installation, triggering interaction from onlookers with socio-spatial configurations. Amina has showed her work both nationally and internationally, including at the Museum of Modern Art in Algiers, Cornerhouse in Manchester, Museum of Contemporary Art in Leon, Royal Hibernian Academy in Dublin, National Museum of Carthage in Tunis, Sharjah Bienniale in the UAE and Museum of Contemporary Art in Marseille.
www.aminamenia.com

About aria (artist residency in algiers)
aria was founded by artist Zineb Sedira in 2011. aria strives to develop cross-border dialogues as well as expanding a dynamic network across diverse international art communities within and beyond Algeria. Through residency, commissioning and exhibitions programmes, aria provides opportunities for emerging and established artists from North Africa and across the world to conduct artistic and cultural research and production. aria collaborates and partners with other institutions and exhibition spaces to give more exposure to Algerian artists and to project a positive awareness and visibility of Algeria and its surroundings to global audiences.
www.ariaprojects.org

>> Version française

aria (artist residency in algiers) présente Sketches of Algiers 1 de l’artiste Amina Menia, sous le commissariat de Yasmina Reggad.

Promenez-vous dans les rues de la Casbah avec l’artiste Amina Menia à l’occasion de sa première exposition personnelle à Londres à la 1:54 Contemporary African Art Fair (Somerset House, Londres, 15-20 Octobre). Cette installation in situ plonge le spectateur dans les ruelles escarpées et sinueuses de la Casbah historique, et nous invite à marcher dans les allées pittoresques de ce quartier emblématique de la ville d’Alger. En déconstruisant les codes cinématographiques utilisés en studio par le réalisateur Julien Duvivier dans le légendaire film noir Pépé le Moko, à leur tour, les décors, mise en scène, lumière et accessoires de Menia nous offrent une visite fictive, dévoilant ainsi des aspects méconnus de cette architecture vernaculaire algérienne. Cette oeuvre met également en lumière les conventions développées par le cinéma colonial et confronte le passé de ce qui fut le quartier autochtone de l’Algérie française coloniale avec le présent de ce patrimoine menacé.

 

Venice and the Islamic World, 828–1797

August 3, 2013 § Leave a comment

Founded in the seventh century and built upon more than 100 islets in a lagoon off the northeast coast of the Italian peninsula, Venice grew to be one of the largest cities in Europe and the capital of a great trading empire whose reach extended far into the eastern Mediterranean. Venice initially had strong political ties to Byzantium, and in the tenth and eleventh centuries Venetian merchants obtained the trading privileges from the Byzantine emperors that gave them a distinct advantage over their rivals from other western European cities. The fact that Venetian gold ducat had currency throughout the Near East is an indication of the ubiquity and importance of Venetian merchants there. As Byzantium gradually gave way to Islamic caliphates from the eighth century onward, meeting its ultimate demise in 1453 at the hands of the Ottoman sultan Mehmet II, Venetians increasingly came into contact with Muslims and their ideas, culture, and way of life. As a result, Venice became Christian Europe’s most important interface with the Muslim civilizations of the Near East.

Pilgrim flask, ca. 1500–1525, Venice - Free-blown glass, enameled and gilded

Pilgrim flask, ca. 1500–1525, Venice – Free-blown glass, enameled and gilded

Known in Venice as inghistere fracade (“flat-sided bottles”), pilgrim flasks drew on Islamic models not only for their shape but also for foliate and floral patterns. In both the Islamic world and Renaissance Venice, pilgrim flasks were often made in pairs to celebrate marriages.

The artistic consequences of the dynamic relationship that Venice forged with its Islamic trading partners, especially the Mamluks of Egypt and Syria, the Ottomans of Turkey, and the Safavids of Iran, were felt over nearly a thousand-year period.

The Reception of the Venetian Ambassadors in Damascus, 1511 -Oil on canvas; 46 1/2 x 80 in. (118 x 203 cm), Musée du Louvre, Paris.

The Reception of the Venetian Ambassadors in Damascus, 1511 – Oil on canvas; 46 1/2 x 80 in. (118 x 203 cm), Musée du Louvre, Paris.

The same merchant galleys that carried spices, soap, cotton, and industrial supplies from the bazaars of the Islamic Near East to the markets of Venice also brought with them luxurious carpets, velvets, silks, glass, porcelain, gilded bookbindings, illustrated manuscripts, and inlaid metalwork. Not surprisingly, these and other portable works of Islamic art, which were often superior in quality to what was available in Europe, made an indelible impression upon artistic taste and production in Venice. From the medieval to the Baroque eras, Venetians acquired Islamic art and adapted and imitated its techniques. In turn, albeit to a lesser extent, the arts of Venice became of interest to the Islamic world.

Source: The Metropolitan Museum of Art

Coup de projecteur sur les moudjahidate

July 15, 2013 § Leave a comment

Nadja Makhlouf est une jeune photographe et réalisatrice franco-algérienne qui a été bercée “depuis qu’elle est  toute petite” par des allers-retours entre la France (où elle a grandi) et l’Algérie (où ses parents sont nés). Elle dit avoir toujours été “sensible aux problématiques liées à la femme”, notamment à celles d’Algérie.

J’ai eu l’occasion de lui poser quelques questions lors de son exposition photographique « De l’invisible au visible : moudjahida*, femme combattante », à l’Institut de recherche et d’études Méditerranée – Moyen-Orient (iReMMO).

Nadja Makhlouf à l'Iremmo. Photo de Katia Yezli.

Nadja Makhlouf à l’Iremmo. Photo de Katia Yezli.

La photographe présente une quinzaine de diptyques selon le procédé suivant : à gauche/avant « pendant la guerre » (image d’archive appartenant au sujet) et à droite/maintenant un portrait actuel (réalisé par la photographe). Chaque portrait est accompagné d’un court récit décrivant le parcours de ces femmes traversant et traversées par l’histoire, où la grande histoire et l’histoire personnelle se croisent.

Qu’est-ce qui a motivé ce projet autour des moudjahidate (combattantes) algériennes ?

C’est lors du cinquantenaire [de l’indépendance de l’Algérie en 2012, ndlr] que je me suis rendue compte qu’on ne parlait pas assez des femmes combattantes pendant la guerre de libération. En tous les cas en France. On en parle en Algérie mais beaucoup moins en France.

Portrait de Nassyma Hablal qui nous a quittés le 14 mai 2013.  Photo de Nadja Makhlouf (avec son aimable autorisation).

Portrait de Nassyma Hablal qui nous a quittés le 14 mai 2013. Photo de Nadja Makhlouf (avec son aimable autorisation).

Et moi ce qui m’intéressait c’était de retrouver des personnages et des personnes qui n’étaient pas forcément visibles dans les médias en Algérie et d’autant plus en France. Je voulais les prendre en photo et je voulais aussi absolument exploiter leurs archives personnelles. Parce qu’elles ont une masse d’archives qui est assez extraordinaire et qui n’est pas forcément exploitée par les musées ou dans les expositions.

Quand avez-vous commencé ce projet ?

Je l’ai commencé il y a un an et demi. C’est assez récent mais ça a été un travail très dur et très long. Beaucoup plus que je ne le pensais. Pour certaines ça a été assez compliqué de les retrouver, pour d’autres beaucoup moins. Ce qui a été le plus compliqué c’était, non pas de les mettre en confiance, mais c’est qu’elles n’étaient pas toujours disponibles. Du fait du cinquantenaire. Et aussi la plupart avaient des problèmes de santé. Ou encore elles n’avaient plus envie d’en parler.

Est-ce que ça a été difficile de les identifier ?

Pas tant que ça. Non, non. On m’a aidé, déjà par le biais du cercle familial, et le cercle amical. Nombreux sont ceux qui ont une grand-mère qui est encore vivante et qui a participé à la guerre de libération.

Quelle a été la réception des photos de moudjahidate en France et en Algérie ? La question de la résistance algérienne est bien évidemment perçue et vécue différemment selon les points de vue.

Il n’y a pas eu encore vraiment d’impact en France, vu que c’est la première exposition que je fais ici. En Algérie, beaucoup plus, parce qu’ils y sont déjà sensibilisés. Ce sont des choses auxquelles ils sont quotidiennement confrontés et d’autant plus lors du cinquantenaire. Et les femmes que j’ai rencontrées, au-delà de la fierté, elles étaient très heureuses que je fasse ce déplacement-là. Et maintenant j’habite à Alger. Donc du coup elles sont accueillantes, elles sont bienveillantes. Elles sont très contentes que je vienne jusqu’à elles. Elles sont très touchées. Certaines ne sont pas du tout médiatisées contrairement à d’autres. Et c’était aussi une de mes directives.

Plus de personnes maintenant sauront qu’il y a eu aussi des femmes qui ont combattu pendant la guerre d’Algérie. Au-delà du fait que ce soit en Algérie, je pense qu’on ne parle pas forcément beaucoup des femmes qui ont combattu et résisté pendant les guerres et pour moi c’est très important d’en parler.

De l’invisible au visible : moudjahida, femme combattante
Du 8 juillet au 8 septembre 2013, à l’Institut de recherche et d’études Méditerrannée – Moyen-Orient (iReMMO)
5/7 rue Basse des Carmes, Paris 5e

>>> *De moudjahida féminin de moudjahid en arabe qui signifie résistant ou combattant.

L’Andalousie des trois cultures

April 1, 2013 § Leave a comment

Le dernier numéro de la revue Horizons Maghrébins, « Le droit à la mémoire » donne l’occasion d’approfondir le débat sur l’héritage multiple de l’Espagne des trois cultures, où cohabitèrent durant plusieurs siècles Juifs, Chrétiens et Musulmans.

Cette conférence à l’IMA présente la diversité des legs de cette Espagne pluriculturelle dans différents domaines (l’historiographie, la littérature et l’histoire culturelle), et comment se renouvelle la transmission de cet héritage, en éclairant les enjeux et les questionnements que celui-ci continue de soulever.

Cordoue

Avec : Juan Goytisolo, écrivain, auteur d’une vingtaine de romans, de nombreux essais et récits de voyage ; Reyes Mate, directeur de recherche à l’Institut de Philosophie du CSIC de Madrid (Centre National de la Recherche Scientifique) ; Yannick Llored, maître de conférences en littérature espagnole à l’Université de Lorraine (Nancy) ; Eva Touboul Tardieu, maître de conférences de civilisation espagnole à l’Université Lumière-Lyon 2 ; Abraham Bengio, actuellement directeur adjoint de la Région Rhône-Alpes où il s’occupe des Affaires culturelles.

Source : Jeudis de l’IMA

Where Am I?

You are currently browsing the History & Memory category at EastWestWestEast.