Au-delà du mur

February 15, 2015 § Leave a comment

Au-delà du mur de Sadek Lamri, est un dessin sur papier créé en signe de soutien à Art in Maghreb (AIM), plateforme spécialisée dans l’art contemporain du Maghreb et ses diasporas.

by Sadek Lamri (c) 2015

by Sadek Lamri – Crayon sur papier – 65X50 (c) 2015

Suivez AiM sur Facebook : www.facebook.com/artinmaghreb
Site web : www.artinmaghreb.com/

Advertisements

AIM fait appel aux acteurs culturels du Maghreb

February 7, 2015 § Leave a comment

La plateforme d’art contemporain Art in Maghreb (AIM) fait appel aux artistes, organisations et acteurs culturels du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) et sa diaspora afin d’en constituer une cartographie (à partir d’une base de données) et de les mettre en réseau. L’objectif étant de créer des projets en commun afin de donner plus de visibilité notamment aux artistes et promouvoir les différents événements et activités des acteurs culturels de cette région.

AiM Logo copyrights K Yezli

AiM logo © K Yezli

Si vous souhaitez rejoindre notre réseau, veuillez nous envoyer un email (pour une demande de formulaire) à l’adresse suivante : artinmaghreb@gmail.com.

Art in Maghreb (AIM) est une plateforme spécialisée dans l’art contemporain du Maghreb et de ses diasporas et opère à travers l’association AIM Project.

Facebook : artinmaghreb – Twitter : @ArtMaghreb
Site web : www.artinmaghreb.com

De Tétouan à Marseille

January 18, 2015 § Leave a comment

Trankat présente les œuvres réalisées depuis 2013 à Dar Ben Jelloun, lieu de résidence d’artistes à Tétouan au Maroc. A voir jusqu’au 19 avril 2015 à la Friche Belle de Mai à Marseille.

by Simohammed Fettaka

by Simohammed Fettaka

By Ymene Chetouane

By Ymene Chetouane

Avec : Said Afifi, Bouchoucha Fouad, Christophe Berdaguer et Marie Péjus, Jordi Colomer, Simohammed Fettaka, ismaël, Mourad Krinah, Mirjam Linschooten et Sameer Farooq, Olivier Millagou, Sara Ouhaddou, Moussa Sarr. Commissaires d’exposition : Bérénice Saliou & Véronique Collard Bovy

YAA!

November 7, 2013 § Leave a comment

YAA est une exposition d’art contemporain, avec Walid Bouchouchi, Sadek Lamri, Nawel Louerrad, Sadek Rahim et Amina Zoubir. YAA  renvoie aussi bien à un acronyme, Young Algerian Artists (un clin d’oeil à YBA et aux fameux Young British Artists), qu’à une onomatopée aux  tonalités multiples. Une exclamation que l’on peut interpréter de différentes manières : joie, colère, questionnement, etc., notamment par le biais des propos et des oeuvres présentés par ces cinq artistes.

Cette exposition réunit de jeunes artistes algériens qui puisent leur inspiration dans leur réalité et leur environnement immédiat tout en étant en phase avec des événements qui sont relayés à une échelle mondiale. Ces artistes qui ont une pratique résolument contemporaine et ouverte sur le monde, soulèvent aussi bien des questions sociales, politiques, liées aux médias, à une échelle locale que globale. Ils travaillent essentiellement en Algérie, même s’ils sont amenés à voyager ou faire des résidences à l’étranger.

>>> Du 12 au 30 novembre à la Galerie Talmart, à Paris.

>>> Rencontre avec l’artiste Amina Zoubir le 15 novembre à 18h sur son travail vidéo réalisé dans le cadre du webdoc Un été à Alger.

>>> Dossier de presse ici

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du Festival Algérie en Mouvement, qui a pour objectif de présenter un autre visage de l’Algérie et de sa jeunesse ainsi que de créer des passerelles entre les sociétés civiles des deux rives dans différents domaines : nouveaux médias/audio-visuel/réseaux sociaux, économie sociale et solidaire, environnement, monde associatif, culture.

Katia Yezli, qui est responsable du volet art contemporain, a une expérience de plasticienne après des études au Chelsea College of Art de Londres, et de commissaire notamment au sein d’un collectif international. Elle a récemment écrit un mémoire sur le croisement entre art et (socio)politique, notamment sur des artistes du monde arabe, dans le cadre d’un Master de recherche (ex DEA) en Arts plastiques et Art contemporain à Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Philosophie : Art contemporain

October 14, 2013 § Leave a comment

L’art contemporain est-il encore art quand, célébrant la fin de l’académisme sur la tombe des beaux-arts, il ne se donne même plus de critère du beau à subvertir ? Comment l’art peut-il survivre s’il n’a plus de tabou à briser?

Raphaël Enthoven s’entretient, sur Arte, avec le philosophe Marc Jimenez, qui est aussi professeur d’esthétique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

A voir :  la séquence sur le vitrail de Gerhard Richter (19’35”) installé à la Cathédrale de Cologne. Ce vitrail composé de 11500 petits carrés (“pixels”) de 72 couleurs, sélectionnées à partir des couleurs trouvées dans les autres vitraux de la cathédrale, a fait l’objet de très vives critiques.

Notamment par l’évêque de Cologne qui serait “rentrée dans une fureur noire” et aurait déclaré que “ce vitrail aurait été mieux dans une mosquée!”.

Un Eden cannibale

November 3, 2012 § Leave a comment

Typee: A Peep at Polynesian Life est un travail sur papier (250 cm x 150 cm) que j’ai réalisé à partir de l’écoute de la version audio (de plus de 10 heures) du premier roman d’Herman Melville, Typee: A Peep at Polynesian Life (Un Eden cannibale), un récit de voyage, écrit en 1846. Le texte a été partiellement retranscrit de manière subjective et fragmentaire, la partie « occultée » correspondant à la partie « dessinée », afin de se concentrer sur les concepts de frontière, d’Empire, d’Ailleurs et de l’Autre.

copyright 2010 Katia Yezli

Les fragments de texte renvoient à un certain imaginaire collectif occidental se cristallisant autour de l’expansion impérialiste française et britannique (qui se disputent dans le récit ce bout de territoire aux antipodes de l’Europe) au cours du 19e siècle. Cette thématique entre encore en résonance avec une audience contemporaine et renvoie à la rencontre (voire le « clash ») entre un monde « civilisé» et un monde « primitif»  (« sauvage »), tous les deux fantasmés.  Et à la construction de l’Autre à partir d’une vision ethnocentrique du monde.

copyright 2010 Katia Yezli

Entre récit de voyage et  roman d’aventure, Typee, est basé en partie sur des faits réels dont Melville aurait été témoin lors de son premier voyage comme marin dans les Iles Marquises. Certains mots sont répétés à travers tout le roman (comme des « motifs »), et  retranscrits sur toute la surface : taboo, tatoo, cannibale, savage, primitive, civilized. On est amené par le biais de différentes combinaisons (et reconfigurations) et associations de mots/fragments possibles à une forme de réécriture mentale de l’œuvre originale, et donc à sa transformation.

>>> Voir aussi (p. 3-8) la revue d’art en ligne mexicaine (hispanophone) Narrativa a la deriva: Nomastique #8 – Imagen vs Palabra 

>>> Croisement entre art, cartographie et politique (mémoire de recherche)

>>> Prix Michel Journiac 2011 : Juste Avant (page 9)

Doha: capitale mondiale de l’art contemporain

October 3, 2012 § Leave a comment

Une étude d’Artprice, leader mondial de l’information sur le marché de l’Art, révèle que le Qatar est devenu le leader mondial sur le marché de l’art contemporain.

Sheikha al-Mayassa Al Thani, 29 ans, responsable des musées du Qatar, est en grande partie responsable de ce succès. Elle a créé le Mathaf (musée en arabe) qui présente principalement des artistes de la diaspora arabe, des “modernes” aux “contemporains”. Elle a été nommée “femme la plus influente du monde des arts” par les magazines Art + Auction en 2011 et The Economist en 2012.

Une partie des oeuvres acquises par  Sheikha al-Mayassa sur le marché international de l’art contemporain rempliront le prochain Musée National du Qatar, parmi les artistes on peut citer : Rothko, Murakami, Jeff Koons, Damien Hirst, et Louise Bourgeois. Il devrait sortir du sable en 2013 et sera conçu par l’architecte Jean  Nouvel, qui a notamment réalisé l’Institut du Monde Arabe à Paris.

 

Where Am I?

You are currently browsing entries tagged with Art contemporain at EastWestWestEast.